Quoi de nouveau sur Co-libr-e ?

Vous, nous, une seule histoire… (chap.5)

Un nouveau chapitre de notre petite histoire pour t’aider à garder la force de voter pour nous (toujours sans inscription, d’un simple clic) sur : http://www.ewards.fr/fr/projet/co-libr-e.

 

- Messieurs, je crois que çà va être un peu plus long que prévu. Vous avez un visuel ?

- Négatif, lui indique l’italien.

La population s’est dispersée aux premières salves de fusil automatique. Il règne maintenant un capharnaüm incroyable, noyé par les soulèvements de poussière.

Piégé, Matt jette un regard furtif au-dehors et découvre deux groupes armés de quelques combattants, dissimulés de chaque côté d’un magasin d’alimentation. Retranchée dans l’immeuble, son équipe lance une première contre-attaque et parvient à atteindre deux ennemis. La présence de civils en fuite rend les tirs difficiles.

- Il ne faut pas rester là. On va y aller l’un après l’autre les gars. Je passe en premier et je vous couvre avec Marco et Samer. Tenez-vous prêts. On se retrouve de l’autre côté.

Il lance un dernier regard complice à ses hommes.
Afin de laisser quelques secondes de course sauve à leur commandant, ils envoient des rafales de semonce en direction de l’ennemi. Sur le trottoir opposé, les combattants n’ont pas le temps d’ajuster leur visée. Il réussit à se mettre à couvert. Les deux suivants l’imitent à la perfection. Ils procèdent à l’identique pour secourir le dernier soldat. Matt vise le groupe de terroristes, l’index posé sur la détente. Il s’assure en quelques millièmes de secondes que la cible est sûre. Peut-être trop précipitamment.

Répondant à l’agression ennemie, il presse de son doigt l’engin métallique, libérant plusieurs charges mortellement efficaces. Il déclenche une nouvelle salve au moment où une silhouette croise son viseur dans la cohue générale. Le corps s’effondre entre les feux croisés, le visage face à lui. Il l’observe sans plus bouger jusqu’à l’immobilisation complète de la victime.

Le temps s’arrête mais son cœur s’accélère. Il repasse chaque image de cette unique seconde. La fièvre l’envahit et une nausée foudroyante le prend. Son arme pèse maintenant des tonnes. Son corps se dérobe et se laisse tomber le long du mur. Une larme s’échappe et glisse sur sa joue.

- Je l’ai tué.

 

A demain pour la suite,

Sébastien

 

Vous, nous, une seule histoire... et un vote ;-)

Co-libr-e

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin

Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de vous connecter si vous désirez poster un commentaire