Quelques mots de littérature

Moment de partage avec Charles Dellestable (3)

Comme le 21/09, nous vous délivrons une nouvelle partie de notre interview de l’auteur Charles Dellestable, le gagnant du Prix Nouveau Talent 2013 et édité par la maison d’édition JC Lattès.

 

Notre troisième question à Charles :

Qu’est-ce qui vous pose le plus de problèmes lorsque vous écrivez ?

 

Sa réponse (brute) :

Le plan, Sébastien, le plan ! C'est épouvantable de rédiger un plan, c'est un acte de torture insensé. C'est l'épreuve la plus difficile que l'on peut exiger de moi. Sans doute parce que je ne suis qu'un artisan débutant. J'apprends chaque jour. Je m'astreins à rédiger un plan parce que je n'ai aucune confiance en moi et que je sais m'écarter facilement de mon but. Mais attention : si je réalise que mes personnages se sentent emprisonnés dans l'histoire que je leur fais interpréter, j'ouvre immédiatement les fenêtres et les portes, je brûle les décors et je recommence tout. Quand je vous dis que l'écrivain est un architecte d'intérieur...

 

 

Je suis également animé de la peur d'ennuyer le lecteur. Chaque fois que je clos un paragraphe, je le relis et je m'interroge : est-ce que je m'emmerde en me lisant ? Dans l'affirmative, je coupe et je colle le paragraphe tout en bas de mon texte. Dans tout ce fatras que je délaisse, il y aura peut-être une ou deux phrases correctes à sauver des « meubles » (…encore le décor intérieur ! ).

Co-libr-e

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin

Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de vous connecter si vous désirez poster un commentaire